Parcours d’auto-entrepreneur : Adrien Chinour

La fin des études coïncide souvent avec le début de la vie professionnelle. Adrien Chinour, lui, a décidé de prendre les devants en créant son auto-entreprise sur les bancs de la faculté. Véritable amoureux du développement informatique, il va nous conter son parcours et ses projets dans ce nouvel opus de parcours d’auto-entrepreneur.

Est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Adrien, je viens de finir un master MIAGE (Méthodes Informatiques Appliquées à la Gestion des Entreprises). Je suis passionné de développement informatique depuis le collège. Aujourd’hui, après la fin de mes études je me lance dans un projet entrepreneurial avec deux camarades d’université. À côté, je réalise quelques projets en freelance et des projets personnels qui me passionnent.

Adrien Chinour sur son lieu de travail

Quel est ton parcours universitaire ?

Après mon BAC Scientifique, je suis parti à la fac. Je savais que je voulais faire de l’informatique. Je visais un parcours d’ingénieur informatique. Plusieurs choix se sont présentés : DUT, BTS, prépa … J’ai choisi la FAC par rapport à la liberté que cela m’offrait.
Après la licence, je suis parti en MIAGE pour le côté professionnalisant et l’alternance. D’autres parcours universitaires me plaisaient aussi mais ils ne proposaient pas d’alternance, le parcours Génie Logiciel par exemple.

Depuis combien de temps es-tu auto-entrepreneur ? Quel(s) est/sont ton/tes domaines d’activités ?

Cela fait trois ans que je suis auto-entrepreneur, je me suis lancé en septembre 2017 après ma deuxième année de Licence. Cela faisait suite à un stage que j’ai réalisé, l’entreprise avait besoin d’une force supplémentaire. On est tombé d’accord sur ce système là, j’ai donc créé mon auto-entreprise.

Mon domaine d’activité principale est le développement web avec des besoins Back-End*. Je ne réalise pas beaucoup de site vitrine ou de site marchand. Je fais aussi du conseil, je transmets les connaissances que j’ai en informatique pour orienter mes clients dans leurs décisions.

Back-End : Le Back-End, est la partie du code qui est exécutée par le serveur, il s’agît du travail qui est réalisé avant l’affichage de la page au client. Ce terme s’oppose au développement Front-End qui correspond à la partie visible par l’utilisateur.

Est-ce que tu es auto-entrepreneur à temps plein maintenant ?

Actuellement, toute mon activité est orientée vers l’entrepreneuriat. Une partie en tant que prestataire, mon projet de création d’entreprise (COMUS) et la réalisation de projets personnels.

Page d’accueil du site comus.app, le projet entrepreneurial d'Adrien.
Page d’accueil du site Comus.app, le projet entrepreneurial d’Adrien.

Est-ce que tu peux nous présenter une journée type pour toi ? S’il y en a une.

Je commence la journée avec le daily meeting* à 9h30 avec les cocréateurs du projet entrepreneurial (COMUS). Après s’être réparti les tâches, jusqu’à midi, je suis sur les sujets qui concernent la création de cette entreprise (juridique, administratif, marketing …) avec les décisions à prendre qui vont avec.

L’après-midi, je fais du développement soit sur COMUS soit sur des projets en tant que freelance en fonction de ce que j’ai à traiter.

Daily-meeting : Le daily meeting est une réunion journalière entre les membres d’un projet afin que chacun expose : les tâches réalisées la veille, les tâches qu’il va réaliser aujourd’hui et les problèmes rencontrés. Cette réunion permet que chacun est une vue d’ensemble du projet.

Beaucoup de jeunes entrepreneurs se plaignent de la difficulté à trouver de nouveaux clients. Est-ce ton cas ?

C’est un marché qui est très concurrentiel car on peut faire du développement web en ayant seulement suivi des formations en ligne.
On peut vite penser que c’est un travail très lucratif. La concurrence est dure et il est difficile de se faire une place.

Quelles sont les compétences acquises en auto-entreprise que tu n’aurais pas pu retrouver en tant que salarié ?

Forcément l’autonomie. Tu traites les sujets seul peu importe la situation.

Le contact avec le client, pour avoir connu le monde des ESN*, tu n’es pas souvent confronté à la partie communication avec le client.

Le fait d’être une peu plus touche à tout, l’entreprise t’a choisi pour certaines compétences. En tant qu’indépendant, tu dois gérer toutes les parties du projet.

ESN : Entreprise de Services du Numérique

Et inversement, quelles sont les compétences que tu sembles perdre ou que tu ne retrouves pas en tant qu’indépendant ?

L’avantage que t’apportes le monde de l’entreprise (ESN dans mon cas) est la montée en compétences plus rapide. En entreprise, tu es souvent challengé avec des nouveaux projets. En tant que freelance, tu tournes souvent autour de ce que tu connais. Aussi, en indépendant, on perd la notion de travail en équipe.

Cette activité d’auto-entrepreneur tu as commencé à la mener alors que tu étais encore étudiant, était-ce difficile de manier les deux ?

Non au contraire. En étant étudiant, c’est beaucoup plus simple de travailler en tant qu’auto-entrepreneur. Tu peux gérer la manière dont tu travailles. Si tu n’as pas beaucoup de cours, tu peux travailler plus. Au contraire, au moment des partiels tu lèves un peu le pied.

Dans un univers utopique, on imagine que tu appliques les apprentissages vus en cours lors de ton travail en tant qu’indépendant, est-ce le cas ?

Oui. Tout ce qu’on a vu en gestion de projet, je l’ai mis en place en tant que freelance et ça fonctionne très bien! Mon organisation est moins anarchique par rapport à mes débuts.

Quand on est face à un client qui n’a pas de connaissances en gestion de projet informatique, le fait d’avoir cette compétence et de lui imposer permet de simplifier les échanges avec lui. Cela montre notre rigueur. Il a juste à mettre en pratique le modèle mis en place.

Quelles sont les qualités requises pour être auto-entrepreneur ?

Être autonome, savoir communiquer correctement et la rigueur.

« Tout le monde n’est pas fait pour le travail en freelance. » Est-ce une vraie affirmation pour toi ?

Oui, c’est sûr. La grosse différence entre le monde de l’entreprise est le fait de travailler seul. Il faut être capable de travailler de manière indépendante. C’est à nuancer, car certaines personnes travaillent en freelance en étant inclus dans des équipes. Pour finir, il faut aimer prendre des décisions, toutes les décisions.

Quels sont les types de clients avec lesquels tu aimerais travailler ?

Le projet idéal, c’est ce que j’ai actuellement! C’est un projet pour un client final. Je cherche des entreprises, peu importe la taille, qui ont vraiment envie d’innover et qui ont envie de faire appel à un prestataire sur le long terme. L’avantage de ce type de travail c’est que je mets à profit mon travail de développeur autant que celui de consultant.

Les personnes qui se lancent en tant que freelance bloquent souvent sur les questions de facturation. Comment vais-je facturer ? Paiement aux heures passées, aux heures estimées… Quel est ton fonctionnement ?

Tout dépend du projet. la manière dont je travaille est la suivante : je réalise un macro-chiffrage du projet pour donner une idée au client. Une fois le devis signé, je facture au nombre d’heures passées en ayant un outil de suivi quotidien avec le client.
Pour les petits projets, je fonctionne avec un paiement au devis : ce que le client signe est ce qu’il paye à la fin.

Quels sont tes projets pour l’année prochaine ?

De Janvier à Mars, je suis sur le développement de la première version de COMUS. Une bêta sortira en mars (info baptisteprieto.fr). Ensuite, en Juin sortira une première version de notre application. À côté de ça je vais continuer de développer la partie freelance. J’espère qu’en Décembre 2021, le projet COMUS aura réalisé les attentes que l’on a dessus, on pourra démarrer une vraie aventure avec ce projet.

Un citation pour résumer ton activité.

« 9 femmes ne peuvent pas faire un bébé en un mois »


Merci Adrien pour ton temps et tes réponses éclairées. On espère que tous tes vœux seront exaucés pour la nouvelle année.

Vous souhaitez un accompagnement pour la digitalisation de votre entreprise ou vous avez un projet innovant qui ne demande qu’à voir le jour : je vous laisse les coordonnées d’Adrien.

Comus.app | adrien@chinour.fr | adrienchinour.me

Prenez soin de vous.

Une question ? Une remarque ? Faites le moi savoir.

contact@baptisteprieto.fr | https://www.linkedin.com/in/baptiste-prieto/